Dopage : pour ou contre ?

b19e2

La lutte contre le dopage : un combat perdu d’avance

Suite à notre article précédent sur le dopage des athlètes russes à Sotchi,  nous avons décider d’ouvrir la boîte de Pandore en tentant de répondre à la question : faut-il légaliser le dopage dans le monde du sport ?

Les combats engagés par l’AMA (Agence Mondiale Antidopage) pour vaincre ce fléau n’ont mené à rien. Le constat est qu’il n’y a jamais eu autant de cas de dopage ces dernières années. Pas étonnant puisque l’AMA n’a pas les moyens de sa politique, elle ne peut donc pas appliquer sa doctrine et respecter son engagement.

Une chose est certaine: le dopage aura toujours une longueur d’avance et on ne pourra jamais surveiller à 100% les sportifs.

Alors, pour ou contre le dopage?

logo pourInterdire le dopage dans les compétitions : une hypocrisie

« La tolérance zéro pour le dopage dans le sport contraste ainsi nettement avec la position plutôt laxiste de la société envers les techniques d’amélioration cognitive et les autres techniques d’améliorations de soi en dehors du sport. » (extrait « débat sur le dopage «  de France Inter du 16 janvier 2012)

La compétition obéit à une logique d’entreprise. Lorsque la concurrence est rude, la performance n’a pas de prix et surtout pas de frontières. Elle est en étroite corrélation avec les progrès technologiques et médicaux. Aujourd’hui, il serait aberrant de la part d’une équipe de négliger la « préparation médicale » de ses sportifs.

Nous sommes tous concernés voir responsables de cette logique sportive :

« Nous poussons les athlètes à aller toujours plus loin, faire toujours mieux. Cette culture du dépassement de soi encourage les sportifs à consommer des substances illicites afin d’atteindre des sommets »

On a beau ensuite sortir le carton rouge de la moralité sportive, on sacrifie tout au principe qui veut que le champion emporte toujours le gros lot.

En 2011, Yannick Noah avait fait scandale en dénonçant cette hypocrisie. Il disait alors dans le journal Le Monde : « La meilleure attitude à adopter est d’accepter le dopage. Et tout le monde aura la potion magique ».

La logo contretricherie n’est pas le problème principal du dopage

Si le dopage ne concernait que la triche, on s’en accommoderait. Pour certains, la pilule du lendemain serait dure à avaler du fait du résultat faussé à l’arrivée, mais proportionnellement parlant, ce ne serait pas plus grave que l’injustice d’une défaite due à une erreur d’arbitrage par exemple.

Le véritable problème du dopage est certainement la santé du sportif. Et tous ne jouent pas dans la même catégorie:

« Il y aurait toujours un dopage des riches qui auraient accès aux meilleurs produits, avec un encadrement médical performant, et un dopage des pauvres qui s’exposerait à des risques sanitaires importants. La première conséquence d’une autorisation du dopage serait d’amener des sportifs propres à se doper. En ce sens, prôner une légalisation du dopage est irresponsable. »  (propos de Gilles Dhers, journaliste à Libération)

Ce qui nous amène aussi à la question cruciale : comment encadrer méticuleusement les produits mis en vente et … interdire les produits illicites sans retomber dans les travers et les magouilles que l’on connait déjà ?

« Savlogo pouroir tolérer le dopage, c’est aller au-delà de nos critères arbitraires…

et réinventer notre définition de l’être humain normal, sans artifice…c’est finalement toute notre culture sportive qui est à revoir. » (propos de Ian Steadman, éditorialiste pour le site d’informations Wired)

La devise olympique « plus vite, plus haut, plus fort » atteindra bientôt ses limites. Car nous avons bientôt atteint les limites des performances d’un être humain.

« Une étude récente considère que le temps le plus rapide possible au 100 mètres est de 9 s 48. Lorsque lesdites limites seront atteintes, comment pourra-t-on continuer de passionner le public ? »

Si nous sommes réellement confronté à cette échéance, alors 2 choix possibles s’offriront à nous:

  • à l’heure des manipulations génétiques/nanotechnologiques et autres découvertes « anabolisantes », nous deviendrons peut-être des « terminators sportifs », capables de repousser plus loin encore les frontières de nos capacités.
  • se résoudre à admettre que l’idéologie de la performance a elle aussi atteint ses limites.

Dans le 1er cas, on continue de passionner le public, mais on satisfait également le sport business qui n’a que faire de la santé des sportifs, de leur condition et du respect de leur vie privée.

Dans le 2ème cas, c’est le concept de la compétition qui serait à revoir, encore faudrait-il pouvoir faire comprendre que la dualité n’est pas le moteur essentiel dans le sport, et reconnaitre qu’on s’en fout de savoir que Mr Dupont est le meilleur d’entre nous, nous qui, comme lui, cotisons pour pratiquer le même sport.

Le logo contresport business : le meilleur ami du dopage mais l’ennemi juré du sport

Puisque la compétition de haut niveau est pourrie par le dopage et par l’attrait des gains astronomiques que se partagent en plus haut lieu les responsables du sport business, on est en droit de douter de la légitimité des postes occupés par certains cadres ou dirigeants nationaux, voir, une fois de plus, de la légitimité des compétitions elles-mêmes, comme nous l’avons constaté plus haut.

Légaliser le dopage : du pain béni pour le sport business, qui ne fera qu’accentuer un peu plus l’écart de performance entre le pratiquant « propre » et  » le dopé de 1ère classe », et bien entendu gonflera un peu plus l’escarcelle de nos dirigeants et médias associés.

Légaliser le dopage dans le milieu du sport ne va pas aider à se débarrasser du véritable fléau que représente le sport business aujourd’hui.

 

N’hésitez pas à donner votre avis, dites-nous si vous êtes pour ou contre le dopage en milieu sportif, et surtout pourquoi !

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s